Crédits Nick Karvounis
Crédits Nick Karvounis

Lundi ce n’est pas ravioli mais des vins en apogée !

Lundi ce n’est pas ravioli mais des vins en apogée !

Duchemin vous emmène –en urgence svp–  à un rendez-vous assez rare et qui ne dure qu’une journée, celle du lundi 3 Décembre 2018 et donc, adressez-vous après lecture, et si le cœur vous en dit, au  www.vinapogee.com pour humer et goûter des vins millésimés entre 1986 et 2008. Et pour participer ou pas à des ateliers fort addictifs à consommer sans modération.

 

 

Les plus vieux l’ont connu : dans les cartes de vins de certains restaurants on pouvait lire à côte du nom du vin, deux lettres : e. v. C’est à dire, en vieillissement. Le sommelier attendait l’apogée de chaque vin. L’élixir de l’éternelle jeunesse est tombé dans la cave pour effacer l’essence de trois siècles d’efforts pour réussir à faire vieillir ce dont la vocation est celle de devenir vinaigre au bout d’un an.

 

Mais attention, comme pour l’être humain, pour le vin ce ne sont pas les années qui comptent mais ce qu’on  fait d’eux. Ainsi, un vin serait à son apogée au bout de cinq ans, un autre devrait attendre le double et il y aura des caractériels qui vont passer par des phases comme certains chenins, l’un des raisins, soit dit au passage, avec le plus de possibilités de vieillissement.

 

C’est arrivé à Vinexpo 2014. Ancien sommelier et journaliste, grand vigneron depuis, Hervé Bizeul a pu constater, contrarié, qu’il n’avait que des vins jeunes à goûter. C’est pour cela qu’il a créé l’année suivante, à Paris, Vinapogée, qui fêtera donc le 3 décembre sa quatrième journée, désormais de la main de Bernadette Vizioz et David Hairion.

 

Une trentaine de vignerons, certaines étiquettes de rêve et des ateliers. Olivier Poussier (meilleur sommelier du monde 2000) et Bernard Antony, éleveur de fromages, proposeront des accords subtils. D’autres options pédagogiques sont proposées : une descente verticale de Cahors, le mystère des vieux cognacs ou bien celui des vieux champagnes guidés par un meilleur sommelier de France, Manuel Peyrondet.

 

Enfin, à la façon de la paulée de Beaune, ce traditionnel  repas de fin de vendanges où chaque convive apporte son vin, une valse d’étiquettes et de millésimes va côtoyer des jambons d’Éric Ospital, au long affinage comme les comtés d’Antony ; les lentes cuissons d’autre part pour les foie gras (Michel Dussau, La Table d’Agen) et la joue de bœuf à la lie de vin rouge. Le dîner (125€ le couvert) sera bouclé comme il se doit pour une poire pochée à la vigneronne. Qui plus est, cela se passe chez Macéo, l’ancien Le Mercure Galant, restaurant fondé en 1880, repris par Mark Williamson l’inventeur, avec son Willy’s Wine Bar des bars à vins parisiens et dont la cave fait rêver autant que le saxo et la voix de Macéo Parker.

 

 

Vinapogée, le 3 Décembre 2018

8 rue de Valois. Paris I.

contact@vinapogee.com

Tél 04 90 54 49 49.

Tags

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.